Détecter Uranus à l’œil nu…

Dimanche 27 octobre, Uranus passait au périgée, et le lendemain, à son point le plus près de la Terre pour l’année 2019 : les conditions sont donc optimales pour son observation, puisque ses dimensions apparentes sont au maximum, et donc qu’elle est à son maximum de luminosité. A tel point qu’elle est même visible à l’œil nu sous des cieux bien noirs ! Encore faut-il savoir où la chercher…

La planète Uranus photographiée par la sonde Voyager 2 en 1986.

La planète Uranus est une géante gazeuse comme Jupiter, Saturne ou Neptune. En septième position dans l’ordre des planètes de la plus proche à la plus éloignée du Soleil, c’est un monde verdâtre de 51 100 km de diamètre, localisé à 2,87 milliards de kilomètres de notre étoile, là où les températures descendent à -220°C environ. Découverte tardivement par Herschel, en mars 1781, Uranus est pourtant à la limite de la visibilité à l’œil nu lorsqu’elle est au plus près de la Terre, ce qui est le cas en ce moment !

Dans leur course autour du Soleil, les planètes externes (de Mars à Neptune) atteignent un point que l’on appelle périgée, lorsque le Soleil, la Terre et ladite planète sont alignées dans cet ordre. C’est également à ce moment que ladite planète est au plus près de la Terre, donc que ses dimensions apparentes sont maximales, et qu’elle est la plus lumineuse ! Uranus a atteint son périgée dimanche 27 octobre 2019, et est donc au plus près de la Terre actuellement pour l’année 2019 : non seulement son observation est facilitée, mais elle est de plus visible toute la nuit.

On ne va pas vous faire miroiter monts et merveilles, l’observation d’Uranus, même dans un instrument d’amateur, ne révèle rien. Non seulement le disque de la planète gazeuse se présente sous forme d’un tout petit confetti, mais aucun détail n’est visible à sa surface en lumière visible, même en sonde spatiale (voir l’image prise par Voyager 2 ci-dessus) ! Mais il est toujours satisfaisant de se dire qu’on a vu une planète du Système solaire découverte il y a moins de 250 ans et que peu de gens ont pu voir. Et le plus intéressant, c’est qu’observer Uranus en ce moment ne nécessite même pas d’instrument sous un ciel bien noir !

Constellations entourant la planète Uranus au 28 octobre 2019. Crédit image : Stellarium

Les astronomes utilisent, pour quantifier la luminosité des astres, une échelle dite de magnitude. Cette dernière n’a pas de limites, et plus l’objet est lumineux, plus le chiffre est petit. Ainsi, l’étoile la plus brillante du ciel, Sirius, a une magnitude de -1,47. Vénus, plus brillante, est généralement autour de -4. Jupiter est en ce moment de magnitude -2 et Saturne, +0,5. Les étoiles qui nous apparaissent brillantes à l’œil nu ont généralement des magnitudes de +0 à +1. Et l’œil humain nu peut théoriquement observer des étoiles jusqu’à la magnitude +6,0 à +6,5, sous un ciel bien noir. Or, Uranus est actuellement de magnitude +5,7 : elle est donc théoriquement visible à l’œil nu, même si elle n’est pas très brillante (par comparaison, Neptune, passée à l’opposition le mois dernier, est de magnitude +7,8) !

Carte de position de la planète Uranus par rapport aux étoiles de la constellation du Bélier : il “suffit” de prolonger les étoiles qui s’incurvent à l’extrémité de la constellation pour arriver jusqu’au petit point d’Uranus. Crédit : Stellarium

Pour la retrouver, la première étape consiste à retrouver la constellation du Bélier (au-dessus de l’horizon Est le soir). Elle est constituée de 5 étoiles, donc les dernières forment une courbe. C’est cette courbe qui va vous guider jusqu’à la planète Uranus, puisqu’il suffit de la prolonger pour la trouver, sous forme d’un petit point lumineux faiblard. En pointant un instrument d’astronomie dessus, le doute ne devrait plus être permis ! A noter qu’actuellement, même si elles ne sont pas forcément facile à observer, toutes les planètes sont visibles dans le ciel : Mercure et Vénus au coucher du Soleil, Jupiter et Saturne en début de nuit, Uranus et Neptune toute la nuit, et Mars avant le lever du Soleil.

Si vous souhaitez observer la planète Uranus, ainsi que ses sœurs gazeuses Jupiter, Saturne et Neptune, les merveilles du ciel d’été et d’automne (galaxies, nébuleuses, amas d’étoiles) et découvrir étoiles et constellations, n’hésitez pas à réserver une soirée d’observation auprès du Comptoir des Étoiles ! Si vous voulez être alerté des événements astronomiques, les alertes astronomiques sont là pour vous ! Et si vous avez des questions, n’hésitez pas non plus à nous les poser !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *