Uranus au plus près de la Terre !

Le 19 octobre, la planète Uranus sera au plus près de la Terre pour l’année 2017. L’occasion de jeter un œil (nu) à cette petite bille verte, troisième plus grosse planète de notre Système solaire après Jupiter et Saturne !

Uranus (à gauche) et Neptune (à droite) sont les deux dernières planètes du Système solaire. D’un diamètre quasi-identique (respectivement 51 100 et 49 500 km), Neptune n’est observable qu’aux jumelles, tandis qu’Uranus est à la limite de la visibilité à l’oeil nu, surtout lorsqu’elle passe à l’opposition. Crédit : NASA

On considère généralement que 5 planètes du Système solaire sont visibles à l’œil nu : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Actuellement, si Mercure et Vénus sont trop proches du Soleil pour être observables (voir la vidéo de SOHO prise hier), Vénus et Mars sont visibles le matin, et Saturne l’est également en tout début de soirée. Mais une 6ème planète est actuellement également visible à l’œil nu ! Il s’agit de la 3ème plus grosse planète du Système solaire, et la 7ème (et avant-dernière) par la position : Uranus. Ainsi, en réalité, seule Neptune nécessite des moyens optiques pour être observée. Les autres planètes sont toutes accessibles à l’œil nu !

L’opposition d’une planète externe (Mars, Jupiter, Saturne, Uranus ou neptune) correspond au moment où le Soleil, la Terre et la planète sont alignés dans cet ordre. Ce qui correspond également au moment où la planète concernée est au plus proche de la Terre. Crédit : Wikipedia

Mais Uranus étant tout de même lointaine, elle est moins facilement visible que les 5 autres, et même généralement à la limite de visibilité à l’œil nu. Heureusement, les mouvements des planètes dans le Système solaire font qu’une fois par an, lors de l’opposition, les planètes externes (dont Uranus fait partie) sont au plus près de la Terre. Or, l’opposition d’Uranus a lieu le 19 octobre, et elle est donc actuellement au plus près de notre planète. Et elle est donc à son maximum de luminosité ! Même si elle n’est pas exceptionnellement lumineuse (magnitude apparente de +5,7), c’est tout de même l’occasion d’essayer d’observer cette petite bille verdâtre à l’œil nu (puis aux instruments) !

Vue élargie des constellations (Cassiopée, Andromède, Pégase et les Poissons) permettant de repérer Uranus à l’œil nu. Crédit : Stellarium

Vue rapprochée du cœur du “V” de la constellation des Poissons, où se niche actuellement Uranus. L’étoile omicron des Poissons est l’étoile juste en-dessous à gauche d’Uranus, et est un bon repère pour repérer la géante verte.
Crédit : Stellarium

Pour ce faire, l’idéal est de commencer par repérer le grand carré de Pégase, au-dessus de l’horizon Est en début de soirée. Sous ce dernier se trouve un pentagone, symbolisant la tête d’un des Poissons, qui va vous aider à repérer le grand “V” symbolisant cette constellation du zodiaque. C’est dans le creux du “V” que se blottit la géante gazeuse verte, légèrement au-dessus de omicron des Poissons. Si les conditions ne sont pas parfaites (ciel pas parfaitement noir, voilé ou légère pollution lumineuse), vous ne pourrez pas la voir, mais des jumelles devraient largement vous aider à la voir. Et un télescope est par contre le seul moyen de découvrir la toute petite bille verdâtre, même si aucun détail ne sera visible à sa surface. Mais c’est une bonne occasion d’observer Uranus… Prochaine étape, ensuite : Neptune !

N’hésitez pas à contacter le Comptoir des Étoiles pour réserver une soirée d’observation (dans laquelle pourra être inclue une observation d’Uranus avec différents instruments) !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *