Deux comètes visibles aux jumelles !

Cela faisait longtemps que ça n’était pas arrivé ! Deux comètes sont actuellement suffisamment brillantes pour être observables aux jumelles sous un bon ciel ! Deux comètes complètement différentes, mais très intéressantes !

La première de ces deux comètes est bien connue : 41P/Tuttle-Giacobini-Kresák, découverte le 3 mai 1858, passe à proximité du Soleil tous les 5.5 ans. la dernière fois, cela a eu lieu le 12 novembre 2011, et la prochaine, le 12 avril prochain ! Mais avant de passer au périhélie, elle va passer très près de la Terre, puisque le 1er avril (dans 2 jours), elle sera à un tout petit peu plus de 21 millions de kilomètres de notre planète. A une échelle humaine, c’est éloigné, mais il n’est pas fréquent qu’une comète s’approche autant de la Terre ! Cette comète est une comète de la famille de Jupiter : après son passage au périhélie, elle va s’éloigner du Soleil jusqu’aux environs de l’orbite de cette planète géante gazeuse, avant de revenir. C’est donc une comète relativement bien connue, même si elle réserve quelques surprises : sursauts d’activité, retard sur les prévisions, etc, c’est une comète à surveiller !

Trajectoire apparente de la comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak. Crédit : Sky & Telescope

Et elle est actuellement très facile à observer, puisqu’elle est visible aux jumelles, depuis la France métropolitaine, toute la nuit ! Elle a en effet traversé la constellation de la Grande Ourse, et est actuellement dans le Dragon, donc très haut dans le ciel, ce qui la positionne idéalement pour l’observer, quelque soit le moment de la nuit ! Les dernières estimations lui confèrent une magnitude de +6.5 à +7, ce qui la rend même à l’extrême limite de visibilité à l’œil nu (certaines personnes rapportent même déjà l’avoir observée sans instrument, mais il est nécessaire d’avoir un ciel et une vision exceptionnels). Elle ressemble à une grosse boule floue (verdâtre sur les images), et elle va continuer de se déplacer en direction de la tête de la Petite Ourse dans les jours à venir.

La comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresak photographiée le 27 mars 2017 par Norbert Mrozet. Crédit : Norbert Mrozet

La deuxième comète, C/2017 E4 (Lovejoy), est radicalement différente. Découverte très récemment (le 9 mars 2017, donc il y a moins d’un mois !) par un astronome amateur, Terry Lovejoy, elle n’était pas prédestinée à être très brillante. Cependant, elle va passer très (trop) près du Soleil lors de son passage au périhélie, et risque de ne pas survivre à son passage dans le Système solaire interne. Ce passage rapproché de notre étoile (le 23 avril 2017) laisse penser qu’elle pourra être relativement brillante. Les dernières observations semblent confirmer ces hypothèses. Même si on est très loin d’une comète du siècle, elle est cependant d’une luminosité comparable à 41P/Tuttle-Giacobini-Kresák (depuis qu’elle a connu un petit sursaut de luminosité, il y a 3 jours), mais se présente sous une forme bien plus condensée. Une queue a également été photographiée ces dernières nuits (attention : elle n’est pas observable en visuel aux jumelles). Et elle devrait continuer de gagner en luminosité au fur et à mesure qu’elle se rapproche du Soleil.

Image de la comète C/2017 E4 (Lovejoy) prise le 30 mars 2017 par Gianluca Masi avec le Virtual Telescope. Crédit : Gianluca Masi, Virtual Telescope

Contrairement à la comète 41P/Tuttle-Giacobini-Kresák, C/2017 E4 (Lovejoy) n’est visible que le matin. Elle passe actuellement de la constellation du Petit Cheval à celle de Pégase, et se présente sous la forme d’une boule floue légèrement allongée.

Trajectoire apparente de la comète C/2017 E4 (Lovejoy). Crédit : Seiichi Yoshida

 

One comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *